Objectifs – Moyens – Sabotages ou O.M.S.

O.M.S.

Un bon outil pour ne pas perdre le fil d’ Ariane de notre vie.

Non, ce sigle ne signifie pas ici l’ Organisation Mondiale de la Santé !
Quoique. Cela est tout de même en rapport avec garder une bonne santé physique et psychique.

Non dans le cadre de ce cours, cela veut dire :

Objectifs, Moyens, Sabotages

Je propose d’imaginer ce que serait la vie avec une baguette magique.

J’ai celle-ci en main et progressivement, tranquillement j’ imagine ce qui serait super pour moi.

Je suis producteur( trice ), metteur en scène, scénariste du film que j’élabore, acteur(trice) principal, spectateur ( trice) du film.
Je me visualise. L’équipe de tournage est là, caméraman, techniciens, preneur de son, responsable du casting…

J’écris dans un cahier en indiquant la date, ce qui me vient à l’esprit. Quelque chose d’enthousiasment.

Un impératif : il faut dresser l’inventaire à la première personne du singulier, au présent, à l’affirmative. Ce ne sont pas les « Ne pas » qui m’intéressent
mais ce que je veux.

C’est JE et non NOUS ( ma femme et moi, mes enfants, les grands-parents, etc…). Sans doute, ou pas, que mon projet fantastique englobe les êtres chers mais au départ, c’est ce qui est important pour l’Enfant qui est en moi.

Exemple d’O.M.S. :

Objectifs

Je vis dans une région ensoleillée, au calme dans une belle maison, à la campagne, à quelque encablure d’une ville.
C’est à l’étranger, pas trop loin de la France, dans un endroit dépaysant, de culture différente.
C’est un lieu zen, propice à la réflexion et aux rencontres.
J’y séjourne avec ma femme 8 à 10 jours par mois en faisant des allers-retours avec Paris. Les enfants viennent aussi, accompagnés de leurs amis. C’est une entreprise avec du personnel (cuisinier, femmes de ménage, gardien, jardinier ) qui reçoit des groupes de yoga, de méditation, de développement personnel.

Après maintes visualisations, c’est ce qui est ressorti de la tête et du coeur de Paul.
Au départ, le film se situait en Normandie puis en libérant ses phantasmes, Paul s’est autorisé après quantité de « oui, mais « à migrer dans sa tête puis dans la réalité…
dans le pays de son enfance, le Maroc.

Moyens. Pour réaliser mes objectifs.

Il faut là aussi noter tous les moyens que nous percevons.
Puis demander aux personnes susceptibles d’avoir des idées adéquates par rapport à notre projet ce qu’elles feraient pour y parvenir.
Il faut tout noter, sans rien censurer, même les idées qui nous semblent saugrenues, farfelues. C’est un brain storming !!

Sabotages. Pour ne pas parvenir à nos objectifs.

Ce sont tous nos  » oui, mais !! « .Nous sommes notre propre censeur et ce dernier est efficace.
Il est intéressant là aussi d’écrire tous nos  » oui, mais… » pour pouvoir les relire, les faire lire aussi aux gens de confiance susceptibles de nous aider, de nous apporter des idées. Nous allons souvent nous apercevoir que ces fameux obstacles n’en sont pas vraiment.Ils font partie des limites de notre paradigme. Des solutions existent qui modifient parfois l’objectif de départ mais dans le bon sens.

Travailler sur l’ OMS tous les jours 10mn est un moyen rapide de modifier des éléments de la vie insatisfaisants et d’aller vers ce qui serait génial pour soi.

Autre exemple.

Evelyne.

50 ans. Exerce comme comptable dans une grande entreprise. Vit seule. Rentre le soir chez elle à19h. Le rituel plateau télé, pain jambon beurre, bières et cigarettes. A pris 15 kgs progressivement.
Je lui ai proposé l’OMS après amincissement afin de commencer à travailler sur les causes de son surpoids.
Solitude, mal bouffe, compulsions alimentaires, alcoolisme stress cortisonique, épisodes suicidaires.

Objectif n°1 d’ Evelyne :

Après bien des difficultés pour trouver un objectif, finalement une idée lui semble extraordinaire. Cela consisterait à inviter ses amis et sa famille proche dans une super maison d’hôtes en Bourgogne qu’elle connait, pour fêter ses 50 ans.
Les sabotages ne tardent pas à venir, ce qui est normal et habituel.
Oui, mais c’est loin de tout…!. Il faudrait des voitures. Il n’y a pas de moyens de locomotion.
Oui, mais je ne sais pas s’ils seront libres.
Oui, mais, auront-ils envie de venir?
Etc…

Finalement ce fut une réussite et un week-end mémorable.

J’en ai profité pour lui proposer un nouvel OMS.

Objectif n°2 d’ Evelyne :

Je partage avec ma jeune soeur une maison de campagne dans le village de notre enfance près de C où j’irai passer les vacances et les longs week-ends. La maison est en forme de U parce que j’adore cette disposition.

Oui, mais… je n’ai pas beaucoup d’argent.
C’est loin de Paris. Le train c’est cher.
Je ne sais pas si ma soeur sera ok.
Cela sera difficile de trouver une maison en forme de U.

Finalement Evelyne trouve une petite maison avec des travaux à prévoir, qui rentre dans son budget. Elle n’est pas en forme de U mais bon, on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre, me dit-elle. ( sabotage ).
C’était important pour elle la disposition de la maison et donc il ne faut pas lâcher l’histoire.
Avez-vous bien regardé dans les agences immobilières, vous êtes vous renseignée auprès des voisins, etc…?
De toute façon, il n’y pas le feu ! Prenez votre temps, cette maison ne convient pas! Evelyne est dubitative.
Après quelques 6 semaines environ, elle revient excitée et joyeuse. Elle a trouvé la maison en U, pas de travaux, tout est nickel, même prix que la précédente ! Magique !! Normal elle a la baguette.

Evelyne a perdu ses quinze kgs et nous sommes dans la phase de stabilisation, c’est dire la phase à vie ad vitam aeternam, en bonne santé si possible.
Elle fume toujours son paquet et demi de cigarettes, consomme beaucoup moins d’alcool car sous Baclofène, molécule efficace pour calmer cette addiction.

Objectif n°3 d’ Evelyne.

Déménager de son HLM du boulevard périphérique de Paris, triste et bruyant, pour aller vivre dans un quartier agréable de la capitale. Elle ne sait pas lequel.
Vu son salaire, ses dépenses, son emprunt immobilier à venir, elle avance encore beaucoup de oui, mais…
Finalement après en avoir parlé avec son entourage, une de ses amies lui propose avec enthousiasme de lui louer une chambre vacante dans leur vaste appartement de fonction. Le couple a une petite fille qu’elle adore.
Histoire vraie 100%.
En un an, Evelyne a atteint trois objectifs surprenants surtout les deux derniers. Cerise sur le gâteau : la famille hébergeante est au taquet question équilibre nutritionnel. Cela l’aidera beaucoup à maintenir ses -15kgs.

Je pourrais multiplier ici les exemples d’OMS réussis et je les relaterai lors d’un séminaire. Le premier sabotage efficace pour ne pas réussir l’OMS est de ne pas faire l’exercice. Les autres ne tiennent pas la route en général.

J’aime beaucoup cette phrase dont je ne connais pas l’auteur :

Il l’a fait parce qu’il ne savait pas que c’est impossible !!

Le triangle dramatique de Stephen Karpman

Le triangle dramatique de Stephen Karpman

Le triangle dramatique de Stephen Karpman.

Lors de mes consultations en nutrition, je suis souvent amené à évoquer le triangle dramatique de Stephen Karpman.

Définition du triangle dramatique :

Les personnes en surpoids, addictes à la nourriture, mais aussi à la cigarette, à l’alcool, etc…souffrent souvent du syndrome du Sauveteur.
Elles se sentent obligées de « sauver « de soutenir de manière récurrente des personnes qui se présentent comme victimes d’une situation. Immédiatement, leur premier réflexe est de proposer aide et solutions. Il y a un feu à éteindre ! Pompier de service !

Les personnes justifient ce phénomène en expliquant que c’est dans leur nature. Je leur réponds qu’à priori cela se situe plutôt « dans leur disque dur ».

En effet, c’est parfois dès la naissance, voir avant même la conception que ce mot d’ordre est imprimé.

Voici une histoire qui illustre ce phénomène.

J’avais une amie qui, atteignant ses trente ans, me dit qu’elle vient de rompre avec un garçon, le père de son enfant à venir. Elle est enceinte de deux mois et le futur papa lui a demandé d’avorter.
Tu comprends, me dit-elle, j’ai toujours été plus ou moins déprimée et cet enfant sera mon rayon de soleil!
Son Prozac, ai-je pensé immédiatement. Cette petite fille à venir a toutes les chances ( ou malchance ) d être à vie le soutien psychologique des humeurs de sa maman. Elle sera gratifiée si elle réussit, culpabilisée, mortifiée, impuissante en cas d’échec.

Autre exemple du triangle dramatique

 l’ainée d’une famille de huit enfants à qui les parents ont assigné le rôle de « petite mère ». Ces derniers sont très occupés, eux-mêmes ont été soutien de famille dans leur enfance et sont débordés aujourd’hui.
Aide-moi, lui demandait et répétait souvent sa mère ! Et la petite de 5 ans est très fière d’occuper ce rôle.

Plus tard, à ses dix ans, les parents finalement confient toute la famille à une tante en faisant promettre à la petite de bien s’occuper de ses frères et soeurs. Ils disparaissent symboliquement en tant que parents ! Toute sa vie durant – elle me consulte à 42 ans- elle respectera cette assignation.
Entre-temps, elle s’est mariée, a eu deux enfants.

Elle se décrit comme une maman très disponible et attentive, une épouse au taquet ! Nous constaterons ensemble qu’il n’y pas de temps pour elle. Je me rattrape le soir quand tout le monde est couché, sourit-elle. Je me rue sur le chocolat au lait, les gâteaux, les glaces, enfin tout ce qui est sucré. C’est irrépressible, se plaint-elle. Je n’ai pas de volonté !! Elle est venue en consultation dans l’espoir de perdre 20 kgs.
Lors d’une consultation, elle se plaint que ses frères et soeurs, qu’elle aide régulièrement, ne se sont pas manifestés alors qu’elle leur avait demandé un service.
C’est souvent ainsi. Le Sauveteur se retrouve seul.

Dernier exemple du triangle dramatique

Un patient, industriel de 65 ans, vient pour prévention cardio-vasculaire. A déjà subi deux infarctus. Ancien gros fumeur, se décrit comme stressé. Pas de temps pour soi. Trois entreprises. A du mal à déléguer. Veut revoir sa façon de s’alimenter.

En l’interrogeant, il avoue devoir s’occuper 1) de son jeune frère, 60 ans, paralysé suite à un accident vasculaire cérébral depuis 3 ans .2) Du couple de son frère handicapé qui va mal depuis. 3) De son fils de 30 ans, pas trop sérieux, qu’il faut aidé financièrement.4) Deux pensions alimentaires en cours. 5) Un associé défaillant à conseiller souvent professionnellement et dans sa vie privée.

Ces exemples sont caricaturaux et pourtant bien réels. Je connais ce processus de fonctionnement l’ayant moi-même vécu et soigné ultérieurement grâce à un travail de thérapie.

Il y a des degrés dans l’implication du Sauveteur.

Du simple service répété, à l’aliénation extrême.
Une partie de la personne souffre des conséquences de ce mode de fonctionnement ( moi aussi j’existe, j’ai besoin d’aide, je ne suis pas si fort que cela ) et l’autre est rassurée d’obéir « au disque dur » c’est-à dire en fait d’obéir aux directives parentales imposées dans l’enfance ou décidées devant certaines situations. La peur de ne pas être aimé… Etre aimé pour ce que l’on fait mais pas pour ce que l’on est.

Je pourrais multiplier les exemples rencontrés, au cours de ces consultations.
Les patients viennent pour perdre du poids avant tout et rien d’autre.
Les personnes ne font pas le lien entre cette situation de Sauveteur et leur prise de poids. Au contraire.

« Je me sens bien quand j’aide les autres confient-ils et je culpabilise si je ne le fais pas. C’est dans ma nature ».

Non, en fait, je compulse parce que je suis fatigué, stressé ».
Et pour cause.

Le triangle dramatique décrit par Stephen Karpman est très subtil. Venir en aide ponctuellement reflète un élan d’empathie mais lorsque c’est automatique, réflexe, récurrent et chronophage à l’extrême, il y a lieu de s’interroger et de vérifier si par hasard on ne serait pas dans le triangle.

Pourquoi sortir du triangle dramatique ?

je pense qu’il n’est ni bon pour le pseudo-Sauveteur, ni bon pour la pseudo-Victime. Cela ne fait que renforcer leurs croyances psychologiques de fatalité pour l’un et de dépendance pour l’autre.

Etre dans le Triangle du Sauveteur implique de manquer de temps pour soi, d’argent pour soi, d’intimité et d’amour. Toutes situations sont dirigées vers l’autre, de façon réflexe. Cela ne veut pas dire, une fois de plus, que l’on ne doivent pas s’occuper des autres mais la récurrence doit se faire se poser des questions.

Le Sauveteur devient d’une façon ou d’une autre Victime de la situation. Entre-temps, il est passé par la case Persécuteur ou ressenti comme tel par la personne aidée.
Il faut comprendre que le Sauveteur a en général plusieurs personnes à secourir ». Famille, conjoint, collègues, amis, etc… Il en a marre. Il faut que ça bouge !!
Tous des bras cassés ma parole!! Heureusement que je suis là, pense-t-il.

La Victime, qu’il faut aider indéfiniment selon le Sauveteur, trouve que celui-ci exagère tout de même, jamais content, il râle toujours, pas très drôle.

Il en veut à son Sauveteur qu’il trouve parfois Persécuteur ou parental et devient lui-même persécuteur, rebelle, visé vis de son Sauveteur, en ne suivant pas ses conseils par exemple.

Karpman propose un balisage très concret pour en sortir.

Lorsque l’on fait pour l’autre « sans plaisir réel » .
Sans demande explicite de la part de la personne plaignante.
A plus de 50% quelque chose qui ne nous concerne pas directement.

Ces trois signaux signent à coup sûr cette problématique.

La bonne nouvelle est que cela se soigne. J’en suis témoin.

Première étape: je prends conscience que j’entre dans le Triangle.

Deuxième étape: je vérifie que tout se passe bien comme précédemment décrit.

Troisième étape: j’apprend à dire « non ».

J’appelle cette démarche « Libérer l’Enfant « qui est en soi, car c’est en effet très libérateur, voir salvateur au sens propre et figuré du terme.

Un cours sera ultérieurement proposé sur ce sujet.

Périmètre abdominal

Périmètre abdominal

Le périmètre abdominal est un indice aisé à mesurer pour renseigner sur la démarche de « mincir plutôt que maigrir ».
La localisation de la masse grasse a son importance sur le plan médical.
Les hommes par exemple accumulent deux fois plus de graisse abdominale que les femmes (jusqu’à la ménopause).
L’accumulation de masse grasse abdominale est responsable de problèmes cardio-vasculaires divers ( hypertension artérielle, trombose coronarienne, accident vasculaire cérébral, etc…) diabète et autres joyeusetés. Par contre l’accumulation de graisse au niveau des cuisses et des fesses n’entrainera pas ce genre de déboires.

Mesure du périmètre abdominal

On le mesure  avec un mètre de couturière en prenant comme repères la crête iliaque (le sommet de l’os du bassin et la dernière côte). Une fois déterminés, on mesure au milieu à mi-chemin en fin d’expiration, sans comprimer la peau.

On considère que c’est augmenté quand supérieur chez l’homme à 94 cms, chez la femme supérieur à 80 cms.

On considère que c’est très augmenté au delà de 102 cms chez l’homme et au delà de 88 chez la femme, avec pour conséquence des problèmes de santé à la clé.

Il faut savoir que le pourcentage de masse grasse augmente avec l’âge jusqu’à 60-65 ans.

La perte de un cm de périmètre abdominal correspond à un kg en moins et l’amélioration des facteurs biologiques est immédiate en corrélation avec les cms perdus.

Périmètre abdominal ou IMC

On comprend que le périmètre abdominal est un bien meilleur indicateur de l’état de santé que la mesure du poids, de la taille et donc de l’indice de masse corporelle. IMC = poids (kg) /taille ( m )2.

L’IMC permet d’évaluer rapidement la corpulence d’une personne et de dire si celle-ci est dénutrie, maigre, a un poids idéal, est en surpoids ou bien obèse modérée, sévère ou massive mais n’évalue pas les risques de santé.

Exemple de calcul. 80 kgs / 1m80 X 1M80 = 25

 

rapport Taille sur Hanche

Le rapport Taille sur Hanche peut aussi être calculé et est un bon indicateur pronostic sur l’état de santé mais la mesure du périmètre abdominal est rapide et fiable à lui tout seul.

A noter qu’il existe différents types de dépôt graisseux.

 

Sous / cutané ex : cuisses, bras, abdominal.
Intra abdominal : viscéral ou rétro péritonéal.
Autres : le foie ( stéatose ) le coeur, les muscles.

Equilibre alimentaire normo-calorique

Que signifie l’équilibre alimentaire normo-calorique

L’équilibre alimentaire normo-calorique est égale à un apport avoisinant les 1800-2000 kg calories. Une personne ayant 10, 15, 20 kgs à perdre s’efforcera de suivre cette voie et devrait progressivement perdre du poids parce que  sa  dépense énergétique est supérieure du fait même qu’elle transporte son corps en surcharge, qu’elle a une forte masse musculaire au moins au niveau des fesses et des membres inférieurs pour se mouvoir. Et ce sont les kilos de muscles, entre autre, qui font brûler les calories.

L’équilibre alimentaire normo-calorique à une seule contrainte : bouger ! c’est-à dire de marcher, au minimum. Ce qui est simple en dehors de douleurs arthrosiques malgré tout assez fréquentes ( hanches, genoux, chevilles ) avec un investissement financier peu important ( une bonne paire de chaussures ). Sinon, le vélo de ville et/ou d’appartement est une bonne alternative.
 La seule chose, prendre le temps !! Ce qui demande de revoir l’organisation globale, personnelle, familiale, professionnelle. Ce n’est pas simple mais toujours possible. La  recommandation «  marchez 10 000 pas par jour ! «   n’est pas une mince affaire puisque cela équivaut à 1h45 de marche moyennement active par jour qui peut s’obtenir si besoin, en fractionnant le périmètre de marche dans la journée. Une heure de marche représente environ 6000 pas. Les petites rivières faisant les grands fleuves, si on calcule 1h45 / jour cela représente 638 heures de marche par an soit à 5 kms X 638 h = 3190 kms / an !!!
 
Au bout d’un an ce n’est plus la même personne. La marche est devenue un besoin même si au départ, c’était une corvée. La perte de poids, elle, est conséquente surtout si légère restriction calorique à 1800-2000 Kgcal selon que l’on est une femme ou un homme avec une dépense estimée par exemple à 2500-3000kcal lorsque l’on est en fort surpoids.
 
J’ai d’ailleurs une anecdote pour illustrer ce propos.
 

Comment perdre son équilibre alimentaire normo-calorique sans s’en apercevoir

 
Il y a de nombreuses années, j’ai suivi un patient pour mincir ( et non pour maigrir ). Ce monsieur avait pris 8 kgs en un an. En l’interrogeant, il m’a expliqué que depuis un an une seule chose avait changé dans sa vie. Son entreprise s’était délocalisée, l’obligeant à prendre sa voiture pour aller travailler. Même la cantine du midi était à l’identique !!
 Auparavant, il marchait 40mn aller et 40 mn retour entre son domicile et l’entreprise. On peut affirmer que le fait de marcher lui a fait économiser 8 kgs de graisse et / ou d’eau extra-cellulaire par rapport à son mode de vie global dont nutritionnel. Au passage, il a très probablement perdu de la masse musculaire depuis qu’il utilise sa voiture.
Il marchait donc 80 mn /jour X 5 j /semaine X 46 semaines environ/an soit 18400 mn = 306 heures / an X 5 kms = 1533 kms !!
 
L’équilibre alimentaire normo-calorique à 1800 –  2000 kg cal ( choisi selon  le sujet ) a comme avantage qu’il y a peu ou pas de frustrations alimentaires, socialement facile à observer et que cette proposition est valable at vitam aeternam. Quand la personne ne mincit plus, c’est qu’elle est à son poids idéal en général. L’inconvénient est que cela ne ressemble pas vraiment à « un régime «  et que souvent les patients ont besoin d’une directive alimentaire restrictive voire très restrictive pour adhérer. Ils sont souvent dans le tout ou rien. Au début, il faut s’adapter à leur mode de fonctionnement psychologique sous peine d’abandon  car le résultat tarde à apparaitre rapidement selon eux.

Les méthodes restrictives

Les méthodes restrictives :

 

la diète protéinée.

Un peu passée de mode et de mauvaise presse de la part de certains médecins nutritionnistes, elle reste très efficace pendant la phase d’amincissement si pas de contre-indications médicales physiques et/ou psychologiques.
Le fameux « après, on reprend tout, voire plus..! « ou « » c’est dangereux pour les reins  » sont de mauvais arguments car évidemment si le médecin, et le patient n’ont pas une démarche globale, holistique, ce n’est alors que le symptôme qui est traité. Le profil psychologique doit être exploré, les frustrations de vie recherchées, l’activité physique, la vie familiale, professionnelle étudiées.

Mais si la personne ne fait rien, n’entame aucune démarche pour mincir, elle peut continuer aussi à prendre du poids, tranquillement…

La proposition alimentaire décrite précédemment, peut aussi conduire à l’échec.

Donc, l’outil utilisé pendant la phase d’amincissement est variable selon la situation.Il n’y a pas de vérité absolue, sauf celle de ne pas nuire à son patient. Ceci est mon expérience et celle de nombreux confrères nutritionnistes rompus à cet exercice qui est « de faire mincir et non « maigrir ».

En quoi consiste la diète protéinée

La diète protéinée consiste à supprimer les sucres, notamment le glucose. En nutrition, les sucres sont oui, la confiture, le chocolat au lait, les bonbons, etc… mais pas que…
Les céréales sont des sucres, les fruits , les légumes, les légumineuses aussi. Toutefois, on ne va pas tout supprimer.

On choisit ceux dont l’indice glycémique est bas, en tenant compte également de la densité glycémique ( voir votre moteur de recherche préféré ).
Car le carburant qu’utilise le corps est le glucose, notamment le cerveau, grand consommateur.
Si on freine très sensiblement cet apport, l’organisme après 24heures environ, aura épuisé ses réserves stockées dans le foie et les muscles. Il se tournera alors vers la masse protéique, c’est à dire les muscles triés pour fabriquer le glucose nécessaire. On appelle cette voie : la néoglycogénèse ( non, ce n’est pas un gros mot ! ). Voir le moteur de recherche. Je reparlerai de toutes ces notions ultérieurement de toute façon.
C’est pour cela que l’on complémente plus en protéines, pour protéger les muscles afin d éviter de maigrir justement. Le terme de diète hyperprotéinée est mal venu car en fait c’est hyperprotéiné par rapport au taux de sucres proposé mais pas tant par les quantités de protéines. J’aime mieux le terme Diète Protéinée. En troisième étape, l’organisme se tourne vers les acides gras de réserve, transformés en glucose par le foie.

Les méthodes restrictives : les régimes dits hypocaloriques.

Une diète protéinée est aussi hypocalorique. En général, 600-800 kcal.
Mais les patients n’ont pas faim, l’énergie étant prise dans les réserves en graisse au maximum.
Le régime hypocalorique simple propose en général une alimentation, allant de 1000kcal à 1800 Kcal.
La charge en sucre est présente ( fruits, céréales ), mais limitée et les entrées caloriques sont inférieures aux sorties c’est-à dire à la dépense énergétique. La voie métabolique consistant à fabriquer le glucose exclusivement par le foie et les muscles néoglucogénèse ) est fermée ou peu active. L’organisme utilise le glucose (limité ) apporté par l’alimentation.

Les méthodes restrictives : Les jeûns intermittents.

Cela consiste certains jours, à jeûner 16-18 h. Plus d’alimentation après le repas du midi ou après la collation de 16h.
C’est efficace et cela peut devenir une règle de vie, une habitude.
Je pense à une patiente qui a choisi de faire ce type de démarche tous les lundis après avoir minci via une alimentation hypocalorique. C’est son rituel.

Quelque soit la méthode, boire beaucoup d’eau, plutôt alcaline en général. 1,5 à 2 litres par 24h par exemple.

Quelque soit la démarche, il est vraiment recommandé d’être accompagné par un professionnel, médecin nutritionniste, diététicien spécialisé dans l’amincissement, ayant une démarche holistique. Cela signifie étudier l’aspect nutritionnel, micro-nutritionnel ( vitamines, oligo-éléments, qualité des acides gras, flore bactérienne, etc…) le profil psychologique de la personne, ses difficultés de vie éventuelles, son activité physique journalière, ses prises médicamenteuses.

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib